Affichage de 124 résultats

Notice d'autorité

Boisselier, Jean (1912-1996)

  • 03168291X
  • Personne
  • 1912-1996

Docteur en histoire de l'art (1970), spécialiste d'art khmer. Professeur à Paris 3 et à l'Institut d'Art et d'Archéologie. A effectué plusieurs missions archéologiques au Cambodge et en Thai͏̈lande. Membre de l'Ecole française d'Extrême-Orient de 1949 à 1955

Phan Huy Chú (1782-1840)

  • 034250581
  • Personne
  • 1782-1840

Poète, bibliographe, érudit. Lettré. Fils de Phan Huy Ích.

Claeys, Jean-Yves (1896-1979)

  • 03465495X
  • Personne
  • 1896-1979

Ancien élève de l'École des arts décoratifs de Nice et de l'École supérieure des beaux-arts de Paris, Jean-Yves Claeys devient architecte. En 1923, il est lauréat du Salon des artistes français.

De février 1923 à mai 1927, il est architecte dans les services des Travaux publics de l'Indochine, mais, passionné par l'archéologie, il demande à entrer à l'EFEO. Il est nommé membre temporaire en juin 1927, puis membre permanent en 1930. Il dirige les premières fouilles du site cam de Tra Kiêu (Quang Nam), de 1927 à 1928, exhumant les fondations de temples et un nombre très important de sculptures. En 1934, il dirige un autre chantier à Thap Mâm (Binh Dinh). Il devient Conservateur des monuments de l'Annam-Campa, section du service archéologique, qu'il crée et organise, séjournant de longs mois sur le terrain. Parallèlement, il travaille à une enquête ethnologique et technologique commandée conjointement par le musée indochinois du Trocadéro, le musée d'Histoire naturelle de Paris et l'EFEO. Il prend en charge le poste de secrétaire-bibliothécaire de l'École en 1934. En 1937, il est nommé chef du service archéologique de l'EFEO, poste qu'il avait déjà occupé par intérim en 1933. Il assure, après le décès de Charles Batteur, le service de la Conservation des monuments du Tonkin.

En 1943, des problèmes pulmonaires l'obligent à arrêter ses activités professionnelles pendant quelques mois. Il publie une étude sur l'archéologie du Siam et une introduction à l'étude de l'Annam et du Campa.

En septembre 1946, atteint de tuberculose, il est rapatrié en France. Son état ne lui permettant plus de revenir en Indochine, il sera en congé de longue durée jusqu'en 1953, date de sa retraite, il est alors nommé directeur d'études de classe exceptionnelle de l'EFEO.

Pelliot, Paul (1878-1945)

  • 035127945
  • Personne
  • 1878-1945

Paul Pelliot, né en 1878 à Paris et décédé en 1945, est un sinologue, philologue et historien de l’Asie. Licencié ès lettres, diplômé de chinois de l'École des langues orientales, Paul Pelliot est, dès 1899, nommé pensionnaire de la Mission archéologique en Indochine, puis professeur de chinois deux ans plus tard. Il se donne pour tâche de rassembler les documents fondamentaux de l'histoire indochinoise et particulièrement les textes chinois qui constituent les plus anciens textes historiques sur les pays de l'Indochine. En 1900, il est envoyé en mission à Pékin en vue de constituer une bibliothèque chinoise. La révolte des Boxeurs y éclate et, pour sa conduite devant le siège des Légations, P. Pelliot se voit nommer chevalier de la Légion d'honneur. Il prolonge son séjour en Chine pour ses recherches bibliographiques et regagne Saigon en 1901 avec une ample moisson de livres, de peintures et d'objets d'art, qui constituent le premier fonds de la bibliothèque et du musée de l'EFEO. Sous son influence, des recherches de philologie axées sur la géographie historique des pays de l'Indochine à travers les sources chinoises se développent dans la branche sinologique de l'École. Parmi ses publications, on retient notamment ses articles « Mémoires sur les coutumes du Cambodge de Tcheou Ta-Kouan », qu'il traduit et annote dans le BEFEO (1902), et « Le Fou-Nan » (BEFEO, 1903), dont il situe précisément le royaume. L'année suivante, P. Pelliot publie, toujours dans le BEFEO, « Deux itinéraires chinois de Chine en Inde à la fin du VIIIe siècle », commentaire nourri d'une nomenclature géographique qui constitue alors l'une des bases de l'histoire de l'Asie du Sud-Est. A Hué, il inventorie les livres chinois et vietnamiens des collections impériales et en fait copier un bon nombre, afin de constituer le premier fonds d'ouvrages vietnamiens de l'École. Ce travail se solde par une publication, en collaboration avec le R. P. Cadière, sur les sources annamites de l'histoire d'Annam » (BEFEO, 1904). Une nouvelle mission, de 1906 à 1908, le mène en Asie Centrale et lui permet de fouiller plusieurs sites et de recueillir plus de 6 000 manuscrits et peintures dans les grottes de Dunhuang. On peut lire le récit de cette découverte dans le BEFEO, 1908 : « Une bibliothèque médiévale retrouvée au Kan-Sou ». En trois semaines, il entreprend et mène à bien le dépouillement de dizaines de milliers de manuscrits entassés dans une des grottes. En 1909, de retour à Paris, il occupe le nouveau poste de sous-directeur de l'EFEO, jusqu'à sa démission, qu'il donne afin d'occuper la chaire de Langues, histoire et archéologie de l'Asie Centrale, au Collège de France, créée à son intention : P. Pelliot est alors âgé de 33 ans. Il délaisse pour un temps les travaux de sinologie pure, afin de se livrer plus spécialement à l'histoire des langues turques et mongoles et se consacrer aux récits de voyageurs chinois et européens qui ont traversé l'Asie ou se sont rendus en Chine. Pendant la première guerre, il est mobilisé, part aux Dardanelles, puis à Pékin comme attaché militaire. Ses occupations ne l'empêchent pas de multiplier, dans le BEFEO, le T'oung Pao et le Journal asiatique, les articles sur la linguistique et la chronologie chinoise. En 1920, il assure avec H. Cordier la direction du T'oung Pao, en remplacement d'Édouard Chavannes, mort en 1918. Il est élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1921, il est également vice-président, et plus tard, après S. Lévi, président de la Société asiatique, président de l'Institut des hautes études chinoises. En 1932, il est chargé par le ministère des Affaires étrangères d'une mission en Extrême-Orient et profite de son voyage pour s'arrêter à Bangkok, Phnom Penh, Siem Reap, Saigon et Hanoï. P. Pelliot a publié, de son vivant, de nombreux et souvent longs articles, mais aucun ouvrage. À sa mort, il laisse de nombreux manuscrits qui ont été publiés depuis ou qui restent encore inédits.

Maison de la culture du Japon à Paris

  • 035698675
  • Collectivité
  • 1997-...

Origine du projet
L’origine du projet remonte à 1982, lors de la visite d’Etat de Monsieur François Mitterrand, Président de la République française, au Japon. C’est en effet au cours d’un des entretiens qu’il eut alors avec le Premier ministre japonais Monsieur Zenko Suzuki que Monsieur Mitterrand lance l’idée de la création à Paris d’une maison qui aurait pour but de présenter la culture japonaise au public français et de renforcer par ce biais les liens entre les deux pays. Ce projet original à l'époque qui envisageait la coopération entre les secteurs public-privé a ensuite été avancé par le Premier ministre japonais Monsieur Yasuhiro Nakasone, qui a encouragé le Nippon Keidanren (Fédération des organisations économiques japonaises) à participer.

La proposition étant bien accueillie, les deux parties entament les études préliminaires qui débouchent sur le choix d’un terrain situé sur le quai Branly, dans le XVe arrondissement.

En 1988, deux Comités de parrainage, présidés par Monsieur François-Xavier Ortoli, PDG de Total, du côté français, et par Monsieur Hiraiwa Gaishi, Vice-Président de Nippon Keidanren, du côté japonais, ont été créés afin de soutenir le projet. Une autre structure, l’Association pour la construction de la Maison de la culture du Japon à Paris, présidée par Monsieur Hisanori Isomura, ancien directeur général de la NHK, a été mise en place avec comme mission l’organisation du concours d’architecture et de préparer les futurs travaux de construction. En 1990, un jury international a choisi le projet présenté par deux jeunes architectes, le Japonais Masayuki Yamanaka et le Britannique Kenneth Armstrong.

Début des travaux et inauguration

Après les travaux de conception et l’obtention du Permis de construire en 1993, les travaux de construction démarrent en septembre 1994. La Fondation du Japon, organisme de droit public japonais dont la mission est d’assurer des échanges culturels entre le Japon et les autres pays, devient le maître d’ouvrage. Par la suite, elle se voit également confier la tâche d’organiser la gestion et les activités de la Maison.

La cérémonie d’inauguration de la Maison de la culture du Japon à Paris a lieu le 13 mai 1997 en présence de Monsieur Jacques Chirac, Président de la République française, et de S.A.I. la Princesse Sayako du Japon. Cette cérémonie ainsi que les diverses manifestations organisées à la Maison au cours de cette année s’inscrivaient dans le cadre de l’Année du Japon en France (1997-98). La Maison de la culture du Japon à Paris a ouvert ses portes au public le 24 septembre de la même année, avec l’exposition Le siècle du design : Art-Info, présent et futur.

Delaporte, Louis (1842-1925)

  • 050341340
  • Personne
  • 1842-1925

Officier de marine, archéologue et géographe. Chef de la mission d'exploration des monuments khmers de 1873 et initiateur des études cambodgiennes en France. Organisa le musée oriental de Compiègne, base du fonds Louis Delaporte du Musée Guimet.

Gérard Moussay

  • 050635425
  • Personne

Linguiste. Archiviste de la Maison-mère des Missions étrangères de Paris. A vécu en Malaisie et au Vietnam.

Bezacier, Louis (1906-1966)

  • 050637282
  • Personne
  • 1906-1966

Louis Bezacier entre à l'École des beaux-arts de Paris en 1929 et suit les cours d'architecture dans l'atelier Defrasse-Madeline en 1931-1932. Parallèlement, une rencontre décisive avec V. Goloubew, en 1930, l'oriente vers les cours de l'École pratique des hautes études, ceux de l'École du Louvre et de l'Institut d'ethnologie de Paris. V. Goloubew lui demande de dresser un plan du temple d'Angkor Vat pour l'Exposition intercoloniale de 1931 et le présente à G. Codès, directeur de l'EFEO. L. Bezacier en devient membre en 1935. Il arrive à Hanoi le 3 octobre de cette même année, pour occuper le poste de Conservateur des monuments du Tonkin, puis du Centre-Vietnam, secteur géographique plus étendu que le Tonkin et regroupant la majeure partie du territoire de l'ancien royaume du Campa.

Dès son arrivée, il entreprend des travaux de restauration de l'un des plus beaux édifices du Tonkin, la pagode de Ninh Phuc (ou But Thap), dans la province de Bac Ninh. Pour cela, il met au point une technique de consolidation des structures en bois (un béton spécial est coulé à l'intérieur des colonnes en bois précieux, devenues creuses sous l'action des termites). Il organise le démontage et le remontage complets des charpentes, afin de remplacer les pièces vermoulues par des pièces saines retaillées à l'identique. Il applique ce procédé à la pagode Van Phuc du village de Phat Tich (province de Bac Ninh) et au pavillon-clocher de Than Quang (Thai Binh). Il restaure ainsi de nombreux temples et pagodes.

Il effectue aussi des fouilles en sous-ouvre pour retrouver les traces d'édifices antérieurs. Dans le soubassement du sanctuaire principal de la pagode Van Phuc, il met au jour des sculptures de pierre et des briques de grandes dimensions portant une date correspondant à 1057. À un niveau plus profond, il découvre les vestiges d'un perron décoré de dragons rampants.

Jusqu'en 1945, il se consacre à l'architecture ancienne civile et religieuse (pagodes, tombeaux, vestiges de l'ancien palais royal des Lê, ponts couverts) du delta du Fleuve Rouge et de la province de Thanh Hoa. Il établit, avec l'aide de ses collaborateurs, des relevés de tous ces monuments. Il détermine une classification de huit types de pagodes, et effectue un relevé systématique du panthéon bouddhique, particulièrement précieux pour l'étude de l'iconographie religieuse vietnamienne.

Il restaure, peu de temps après sa découverte, un stûpa en briques à Binh Son (province de Vinh Yên), daté du XI>e siècle. Il parvient à définir un nouveau style : l'art de Dai La (XIe-XIIe siècles) de la dynastie des Ly, en se basant sur la similitude des décors et des techniques de construction. Il assure également la restauration de nombreux édifices cam sur le site de Mi Son. En 1938, il effectue des fouilles sur le site cam de Chanh Lo (Quang Ngai). Il accompagne L. Malleret en 1943 sur le site d'Oc Eo et prépare pour ce dernier un projet de consolidation du caveau mégalithique de Xuân Lôc.

Si la quasi-totalité de son activité est consacrée à l'archéologie et à l'art du Vietnam, il participe néanmoins, avec le docteur Marneffe de l'Institut Pasteur, à des enquêtes sur les groupes sanguins chez les Thô, les Nùng et les Man. Après un séjour à Angkor, il seconde Marcel Ner dans l'étude des Cam et des Malais de Battambang et de Pursat. Il publie également un article sur les tatouages des montagnards Kha Tu. Il prend sa retraite en 1964, mais poursuit son activité de recherche au sein de l'École jusqu'à sa mort, en 1966.

Glaize, Maurice (1886-1964)

  • 05063965X
  • Personne
  • 1886-1964

Issu d'une famille d'artistes - son grand-père est peintre décorateur et son père architecte -, Maurice Glaize est l'élève d'H. Deglane à l'École des beaux-arts de Paris. En 1913, il présente sa candidature à l'EFEO, mais est classé second derrière Georges Demasur. Mobilisé dans une unité d'aérostiers en 1914, il passe son diplôme d'architecte dplg en 1919 et travaille à la Société coopérative de reconstruction de la ville de Rethel, avant de s'installer en libéral à Paris.

Recruté par le Crédit foncier et de l'Union immobilière d'Indochine comme directeur de l'agence de Phnom Penh, il participe de 1928 à 1930 au suivi des chantiers d'établissements industriels ou commerciaux, de diverses habitations et du futur Hôtel Royal. Membre de la Chambre de commerce et d'agriculture du Cambodge, il exerce ensuite à Saigon de 1931 à 1934, où il est expert-architecte près le Tribunal civil. De retour à Paris en 1934, il part à Dakar, où il travaille jusqu'en 1936 au Crédit foncier de l'Ouest africain.

À la suite de la mort de Georges Trouvé, il se présente à l'École et est affecté, en tant que membre permanent à compter du Ier décembre 1936, à la Conservation des monuments d'Angkor. L'année suivante, il est nommé Inspecteur du service archéologique et Conservateur des monuments d'Angkor. Son activité multiforme va alors concerner de très nombreux édifices. Elle se limite parfois à un travail de dégagement et de consolidation, comme au Mebon oriental (1937-1939), au Phnom Krom (1938), ou au Phnom Bok (1939) ; elle consiste aussi en des remontages partiels, comme à Neak Pean (1938-1939), au Preah Khan, au Bayon et à la Porte nord d'Angkor Thom (1939-1946). Elle peut également être plus « interventionniste » et porte alors sur l'anastylose partielle du monument (pavillon d'entrée de Preah Palilay en 1937-1938, temple principal de la pyramide du Bakong en 1936-1944), ou toucher l'ensemble du sanctuaire, comme à Bantey Samre (1936-1946) et au Mebon occidental (1943-1944). Cette grande pratique professionnelle lui permet d'engager une réflexion méthodologique sur les procédés de restauration et plus particulièrement sur l'adaptation des techniques de l'anastylose aux monuments khmers (Cahiers de l'EFEO, 1941). Il est aussi en mesure de publier plusieurs monographies architecturales (Phnom Krom, Neak Pean, Preah Palilay) et de rédiger, après Henri Parmentier et Henri Marchal, un nouveau guide d'Angkor. Ce dernier, extrêmement complet, est édité en 1944 à Saigon par le libraire-éditeur Albert Portail et connaît de très nombreuses rééditions officielles et pirates ; il reste encore aujourd'hui l'ouvrage de référence pour les visiteurs du site.

En 1947, à l'issu d'une prolongation de son congé en France, Maurice Glaize renonce à retourner au Cambodge, pour s'installer définitivement à La Rochelle, où il participe à la reconstruction de la ville.

Après l'introduction par Henri Marchal de l'anastylose comme méthode de restauration des monuments khmers, Maurice Glaize réussit à en adapter l'usage de manière graduée en fonction des moyens disponibles, de la valeur et de la « pathologie » de chaque édifice. De plus, ses travaux de restauration ont souvent permis de mieux comprendre la chronologie (Bakong) ou le rôle des représentations architecturales dans la civilisation khmère (Neak Pean, Mebon occidental). Avec Maurice Glaize, les restaurations nourrissent les recherches architecturales et deviendront une des clés de l'intervention de l'École au Cambodge.

Résultats 31 à 40 sur 124