Affichage de 124 résultats

Notice d'autorité

Marquet, Christophe (1965-....)

  • 050655116
  • Personne
  • 1965-...

Professeur des universités à l’Institut national des langues et civilisations orientales, en délégation à l'EFEO de 2004 à 2008 pour assurer la direction du Centre de Tôkyô.

Après des études d'histoire de l'art occidental à l'Université de Lille et à l'Université de Paris IV-Sorbonne (1983-1986), puis l'obtention à l'INALCO d’une maîtrise de langue et civilisation japonaises consacrée à la prose expérimentale de Masaoka Shiki (1989), il poursuit des recherches sur l’art japonais moderne à l’Université de Tôkyô (1989-1992), auprès du professeur Takashina Shûji. Il soutient en 1995 une thèse de doctorat sur Le peintre Asai Chû et le monde des arts à l'époque de Meiji, sous la direction de Jean-Jacques Origas.

Il a été pensionnaire à la Maison franco-japonaise à Tôkyô (1997-1999), où il a mené des recherches sur l’histoire du livre dans le Japon moderne, et chercheur invité à l'Université Waseda (1997) et à l’Université Sophia (2010). Il est chercheur au Centre d'études japonaises de l'INALCO, équipe d’accueil doctorale (EA 1441).

Il a soutenu en 2002 une double habilitation à diriger des recherches en histoire de l'art et en langues orientales, avec une monographie sur Les premiers livres de peinture de l'époque d'Edo (1680-1720). Naissance d'un genre et essai de typologie (à paraître à l’EFEO) et une étude sur la collection de livres illustrés du japonisant Emmanuel Tronquois, conservée à la Bibliothèque nationale de France.

Il a été vice-président de la Société française des études japonaises. Il est actuellement directeur du département de langue et civilisation du Japon de l’INALCO, membre du comité de rédaction des revues Cipango et Arts Asiatiques et membre du comité scientifique de la revue Ebisu.

Il a collaboré à plusieurs expositions : Albums et livres illustrés japonais des XVIIIe et XIXe siècles. Collection de la Bibliothèque nationale de France (Bibliothèque du Havre, 1997), Les dessins d’art décoratif d’Asai Chû (Musée de Sakura, 2002), Eros au secret. L’Enfer de la Bibliothèque (BNF, 2007), Ukiyo-e, imágenes de un mundo efímero (Barcelone, 2008), Le Japon illustré. De Hokusai à l’école Utagawa (Musée de Rouen, 2009).

Il a dirigé plusieurs publications collectives, dont Du pinceau à la typographie. Regards japonais sur l’écriture et le livre (EFEO, 2006, édition japonaise 2010) et édité une série de fac-similés de livres illustrés d’artistes de l’époque d’Edo conservés à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris (Shunboku et Morikuni, 2007, Utamaro, 2008 et 2009, Kôrin, 2010). Ses travaux portent notamment sur l'histoire de la conservation du patrimoine, l'historiographie de l'histoire de l'art, l'enseignement artistique, les peintres japonais et la guerre, les collections françaises d'art et de livres japonais. Il a été lauréat en 1999 du prix de la Society for the Study of Japonisme pour l'organisation et la publication du colloque Henri Cernuschi (1821-1896) : homme politique, financier et collectionneur d'art asiatique (Maison franco-japonaise, 1998) et en 2000 du prix du musée Ôta de Tôkyô pour l’étude du fonds Tronquois de la BNF.

En délégation à l'EFEO de 2004 à 2008, pour assurer la responsabilité du Centre de Tôkyô, il y a dirigé un programme de recherche sur les peintres et l'édition à l'époque d'Edo, dont les travaux ont été publiés dans E wo yomu, moji wo miru - Nihon bungaku to sono baitai (Lire les images, regarder l’écrit : la littérature japonaise et ses supports, Bensei shuppan, 2008). Il est actuellement associé à l'équipe Histoire culturelle et anthropologie des religions en Asie orientale de l’EFEO.

Laur, Jean (1924-2016)

  • 057100543
  • Personne
  • 1924-2016

Architecte DPLG, ancien élève de l'École du Louvre, de l'École des langues orientales. - Conservateur des monuments d'Angkor de 1954 à 1959.

Giteau, Madeleine (1918-2005)

  • 058921397
  • Personne
  • 1918-2005

Madeleine Giteau, née en 1918 à Nantes et décédée le 25 février 2005, est une historienne des arts de l’Asie du Sud-Est, conservatrice de musée et professeure. Elle obtient une licence d’histoire et géographie ainsi qu’un diplôme d’études supérieures de géographie, et envisage l’agrégation, mais son attrait pour l’Indochine la pousse à accepter, en 1946, un poste d’enseignante au Cambodge. Elle enseignera pendant dix ans l’histoire au lycée Sisowath de Phnom Penh, ainsi qu’au lycée Descartes et à l’Institut national d’études juridiques. Passionnée par l’histoire et l’archéologie, fascinée depuis toujours par l’Extrême-Orient et douée pour le dessin, elle s’initie à l’histoire, à l’archéologie et à l’iconographie locales, apprend le cambodgien – et se voit bientôt demandé d’enseigner aussi l’histoire de l’Asie du Sud-Est et la civilisation cambodgienne. Lors d’un congé d’un an en France, en 1951, elle commence des études de sanskrit à l’Institut de civilisation indienne. Elle obtiendra un certificat d’études indiennes (1961) et suivra plus tard, en 1970, des cours de pâli. Elle devient membre correspondant de l’EFEO en 1952. En 1956, elle devient membre permanent et est nommée Conservateur du musée national de Phnom Penh, poste qu’elle conservera pendant dix ans, durée des accords passés en 1956 avec le gouvernement royal du Cambodge. C’est durant cette période qu’elle rédige deux fascicules du catalogue du musée. À partir de 1963, elle est chargée de l’organisation du musée du monastère de Vat Po Veal, à Battambang, puis du musée provincial dans la même ville. De 1966 à 1968, elle est chargée des cours sur l’art khmer à la faculté d’archéologie de l’université royale des beaux-arts. Dans le même temps, elle entreprend des recherches sur le terrain, en particulier un inventaire des richesses artistiques des provinces du Cambodge, portant spécialement sur les sanctuaires modernes possédant des peintures murales. Ces recherches sont interrompues par les bouleversements politiques de 1970. Entre 1956 et 1970, elle est chargée de missions en Thaïlande, en Indonésie et surtout au Laos (dont une mission de l’Unesco dans ce dernier pays). En mai 1968, à la demande du roi Savang Vatthana, elle établit un catalogue des collections d’art bouddhique du palais de Luang Prabang, dont elle fait une publication. Elle avait obtenu, en 1966, un diplôme de l’EPHE, sous la direction de J. Filliozat et A. Barreau, avec un mémoire sur la consécration des temples bouddhiques au Cambodge. De retour en France en 1970, elle rédige une thèse sur l’iconographie du Cambodge post-angkorien, sous la direction de C. Caillat et J. Boisselier. En mai 1974, elle obtient le titre de docteur d’État à l’université Paris-III. Son mémoire et sa thèse sont publiés par l’EFEO. En 1977, elle est promue maître de recherche à l’École. Elle quitte l’EFEO en 1981 pour occuper la chaire d’Histoire et civilisation de l’Asie du Sud et du Sud-Est à l’université de Paris-III. Elle prend sa retraite en octobre 1985, mais demeure professeur émérite de cette même université. Elle est envoyée en mission par le ministère des Affaires étrangères en 1990, 1991 et 1992, lors de la reprise de contact avec le gouvernement cambodgien. Toujours en mission des Affaires étrangères, elle retourne au Cambodge en juillet 2000, à la demande de la faculté royale d’archéologie de Phnom Penh. (Source : Répertoire biographique des membres scientifiques de l’EFEO)

Bussotti, Michela (1965-...)

  • 06032726X
  • Personne
  • 1965-...

Michela Bussotti a fait ses études universitaires en Italie (Université Ca’ Foscari, Venise) ; elle a ensuite suivi les cours pour un Diplôme d’Etudes Approfondies et préparé un doctorat à la section des sciences historiques et philologiques de l’EPHE à Paris.

Après un séjour en Belgique (en 2000-2001: chargé de cours au Centre d’études chinoises de l’Université de Liège), elle a intégré l’EFEO, d’abord comme chercheur contractuel, puis en tant que Maître de Conférences (2004) et ensuite comme Directeur d’études (2018) : Histoire culturelle de la Chine.

Entre 2001 et 2006, elle a été affectée au centre de l’EFEO à Pékin et, rentrée en France elle a enseigné à la Section des Sciences Historiques et Philologiques de l’EPHE (intitulé des conférences : Histoire de la gravure chinoise, 2007-2012). Elle est habilitée à diriger des recherches depuis 2011 et en 2013 est devenue membre de l’UMR Chine, Corée, Japon ; ses séminaires ont lieu à l’EHESS depuis 2014 et ils portent sur l’Histoire culturelle de la Chine (XVe siècle-XIXe siècle) et sur l’Histoire de la culture visuelle de l’Asie orientale (voir « enseignements »).

Ses recherches portent surtout sur l’histoire du livre, de l’illustration et de l’édition en Chine, ainsi que sur les techniques d’impression du chinois. Elle s’intéresse aussi à l’histoire locale, notamment de la région de Huizhou (Chine centrale), pour la période impériale tardive : dans ce cadre elle a co-organisé le Workshop on Local Primary Sources on Late Imperial China (900-1900), http://localsources-china.efeo.fr/index.php/fr/

.

Elle a participé aussi à des programmes de recherches sur les estampages, la statuaire religieuse et les compilations généalogiques en Chine centrale, qui ont donné lieu à des bases de données en ligne sur le site de l’EFEO ; sa base des données sur les généalogies de Huizhou est en ligne aussi sur le site de la bibliothèque nationale de Chine : http://mylib.nlc.cn/web/guest/huizhoushanbenjiapu.

Arrault, Alain (1960-...)

  • 066832217
  • Personne
  • 1960-...

Diplômé de philosophie à l'université Paris-I puis de chinois à l'université Paris-VII, après deux séjours de deux ans en Chine et à Taiwan, Alain Arrault soutient sa thèse de doctorat nouveau régime en 1995. L'année suivante, il est nommé chargé de cours (maître de conférences habilité) au Centre d'études chinoises que l'université de Liège (Belgique) vient de créer. Devenu membre de l'EFEO en 2000, il est affecté au centre de Pékin de 2001 à 2006. De retour à Paris, il est d’abord directeur d’études par délégation puis chargé de cours (2009- ) à l’Ecole pratique des hautes études (section Sciences religieuses) (2006-2008). Il a soutenu son HDR « Pratiques discursives, sociales et religieuses en Chine » au mois de janvier 2013 à l’Université Paris-Diderot.

Ses premiers travaux ont porté sur l'histoire et la pensée de l'époque des Song, notamment sur Shao Yong (1012-1077), qui s'est illustré par l'originalité de sa poésie et de ses théories cosmologiques. Chercheur associé de l'UMR Civilisation chinoise depuis 1998 (devenue UMR 8155 Centre des civilisations d’Asie orientale, CNRS-EPHE), il participe au sein de cette équipe au projet « Divination et sciences traditionnelles dans la Chine médiévale » dirigé par M. Kalinowski. L'étude qu'il y mène sur les calendriers (rédaction de notices, article de présentation) représente en quelque sorte l'une des facettes de la cosmologie appliquée. Son projet consiste à faire l'histoire, du point de vue scientifique et sociologique, du calendrier chinois des origines à nos jours. Dans la même équipe, il se joint au groupe de recherche « Médecine, religion et société dans la Chine médiévale », dirigé par Catherine Despeux (Inalco), puis à celui de « La fabrique du lisible » (2008-2012), coordonné par Jean-Pierre Drège (EPHE), et rédige des études sur les activités médicales dans les calendriers du IXe-Xe siècle, ainsi que sur l’évolution des formes et des contenus du calendrier du IIIe siècle avant notre ère jusqu’au Xe siècle. Parallèlement, il dirige depuis 2002 le programme de recherche collectif « Taoïsme et société locale » qui repose sur trois collections comprenant près de 3000 statuettes de divinité en bois provenant de la province du Hunan (Chine du Sud). Depuis 2008, il est assistant director du programme de recherche “An International Digital Archive for China’s Local History” (Université de Harvard), financé par le Harvard China Fund.

Il est actuellement représentant élu des enseignants chercheurs de l’EFEO aux conseils scientifique et d’administration, et membre du conseil scientifique du Pôle Asie pour les UMIFRE (MAEE – CNRS) basées en Asie.

Membre du Groupe de recherche du CNRS « Shen Gua », il est également trésorier de l'Association française d'études chinoises (1994-1996) et membre du Conseil de direction de l'Institut belge des hautes études chinoises depuis 1999. Il a occupé successivement les fonctions de responsable scientifique et administratif du Centre d’études chinoises de l’Université de Liège (1996-2000), et de responsable du centre de l’EFEO à Pékin (2003-2006).

Aubaret, Gabriel (1825-1894)

  • 06706678X
  • Personne
  • 1825-1894

Né à Montpellier le 27-05-1825, mort à Poitiers le 20-08-1894.
Gabriel Aubaret suit les cours de l'Ecole navale et participe aux campagnes de Conchinchine et de Chine. Interprète pour l'armée, notamment pour la discussion du traité de paix avec l'Annam (1862), il est par ailleurs le traducteur du Code annamite et de la description de Basse-Cochinchine. Il est aussi l'auteur d'un Vocabulaire français-annamite et annamite-français. Il effectue une carrière diplomatique et militaire qui le conduit à Bangkok comme consul, puis à Scutari et Smyrne. Il est ensuite président de la commission de délimitation des frontières de la Serbie (1878). Promu ministre plénipotentiaire, il sera président du Conseil de la Dette Ottomane (1881-1884).

Marchal, Henri (1876-1970)

  • 069682178
  • Personne
  • 1876-1970

Bachelier ès lettres et philosophie et bachelier ès lettres et mathématiques en 1895, Henri Marchal est admis à l'École des beaux-arts, section architecture, dans l'atelier dirigé par Gaston Redon. Parallèlement, il donne des conférences dans les universités populaires et un cours du soir de dessin industriel à l'Association polytechnique.

Nommé Inspecteur des bâtiments civils du Cambodge en 1905, il effectue une mission en Thaïlande afin de préparer le projet d'une nouvelle légation de France. En 1910, il passe le Brevet de langue cambodgienne ; il est nommé conservateur-adjoint du musée de l'École à Phnom Penh, en tant que responsable de la nouvelle section des antiquités khmères. En 1912, il est affecté à Saigon, comme inspecteur des bâtiments civils de la Cochinchine.

En 1916, à la suite de la disparition de Jean Commaille, il est détaché auprès de l'EFEO pour assurer la direction de la Conservation d'Angkor. Il reprend tout d'abord l'œuvre de débroussaillement d'Angkor Vat et des principaux monuments construits à la périphérie de la Place royale (Bayon, Baphuon, Palais royal, Preah Pithu, etc). Cette mise en valeur de la zone centrale d'Angkor Thom est complétée par le repérage des très nombreux vestiges situés à l'intérieur ou à proximité immédiate de l'enceinte d'Angkor Thom (BEFEO 18). En 1919, Henri Marchal est nommé membre permanent de l'EFEO et Conservateur d'Angkor. Il poursuit le dégagement des douves d'Angkor Vat, en même temps qu'il entreprend des consolidations ponctuelles au Bakheng (1922-1929), au Baphuon, au Bayon, à la Porte de la Victoire, ainsi que dans des monuments légèrement excentrés comme le Preah Khan ou Bantey Kdei. Il prend cependant conscience des limites des méthodes de consolidation utilisées jusqu'alors et, en 1930, part à Java pour étudier les principes de l'anastylose auprès du service archéologique des Indes néerlandaises (BEFEO 30).

À son retour, il décide de les mettre en œuvre sur le temple de Bantey Srei, récemment découvert (1931-1933). Cette restauration est unanimement saluée. En 1933, Henri Marchal prend officiellement sa retraite et quitte la Conservation d'Angkor pour remplacer Henri Parmentier à la tête du service archéologique de l'EFEO. En 1938, sur le chemin du retour vers la France, il effectue un séjour à Ceylan et en Inde, dont il donnera un récit imagé dans le Souvenir d'un ancien conservateur d'Angkor.

Arrivé en France au début de la guerrre, il y restera jusqu'en 1946, année où il effectue une mission à Pondichéry pour prendre la direction du chantier de Virampatnam. Un an plus tard, il est rappelé pour assurer le remplacement de Maurice Glaize comme Conservateur d'Angkor et y reste six ans. Il restaure les édifices situés le long de la chaussée ouest d'Angkor Vat (1948) et travaille aussi à la Terrasse des Éléphants (1948), au Baphuon (1948), à Bantey Kdei (1950), au Prah Khan (1950) et à Thommanon (1950).

Après un bref séjour en France, il repart à Hanoi pour assurer temporairement la conservation du musée Louis Finot. En 1954, il est nommé conseiller technique des monuments historiques et chef du bureau de l'architecture au ministère des Travaux publics du Royaume du Laos, poste qu'il occupe jusqu'en 1957. C'est à cette date qu'il prend définitivement sa retraite et décide de rester au Cambodge. Il s'installe alors à Siem Reap, où il décède à l'âge de 94 ans.

La vie d'Henri Marchal se confond pendant près de quarante ans avec les travaux de restauration menés sur le site d'Angkor. Profondément attaché au Cambodge et à la conservation de son patrimoine, il a professionnalisé l'action de l'École, en appliquant aux monuments khmers les procédés développés en Grèce et à Java. Appelé à travailler sur de très nombreux monuments, il en a donné des descriptions précises, tant dans les Journaux et Rapports de fouilles que dans de très nombreuses monographies, qui sont un support indispensable à l'approche architecturale de bien des monuments.

Royère, Pascal (1965-2014)

  • 070418667
  • Personne
  • 1965-2014

Suite à une formation de technicien supérieur dans la construction, Pascal Royère complète son cursus par l'obtention du diplôme d'architecte DPLG à l'Ecole d'Architecture de Nantes. En 1993, il rejoint la Mission archéologique de Doura-Europos en Syrie, sous la direction de Pierre Leriche, et se voit confier la mise en œuvre de la première phase du programme de restauration de la façade du Palais du Stratège de la ville. À la fin de cette même année, il est recruté en tant que chercheur associé par l'Ecole française d'Extrême-Orient et affecté à Siem Reap pour conduire, sous la direction de Jacques Dumarçay, un programme de maintenance des temples du petit circuit du parc archéologique d'Angkor, tout en terminant la consolidation du perron Sud de la Terrasse des Eléphants au cœur d'Angkor Thom, un chantier inachevé depuis 1975.

Après avoir réalisé en 1994 l'étude complète d'un édifice situé au cœur du dispositif urbain d'Angkor Thom, le Khleang Sud, il entreprend la description architecturale d'Angkor Vat. En 1995, l'EFEO lui confie la direction du programme de restauration du Baphuon, une vaste entreprise conduite dans le cadre de la coopération française visant à poursuivre et achever l'anastylose d'une des grands monuments d'Angkor. Sous la direction de Bruno Dagens, il s'engage alors dans la préparation d'un doctorat centré sur l'histoire de ce monument, qu'il soutiendra en 2002. Il intègre alors l'EFEO et poursuit ses travaux de restauration et de recherche sur la base d'une confrontation quotidienne aux références architecturales et aux techniques de construction employées par les maîtres d'œuvres du Cambodge ancien. Dans la continuité des travaux effectués sur les deux exemples que sont Angkor Vat et le Baphuon, ses recherches envisagent une étude générale de la typologie à laquelle se rattachent ces deux ouvrages : le temple-montagne khmer. Formule architecturale circonscrite dans le temps et dans l'espace angkorien, cette typologie est au centre des grandes interventions des principaux souverains angkoriens du VIIIe jusqu'à la fin du XIIe siècle. En 2007, ses travaux ont été récompensés par l’attribution du grand Prix de la Fondation Prince Louis de Polignac. Plus récemment, il a été désigné co-lauréat du Prix d’archéologie 2011 de la Fondation Simone et Cino del Duca, attribué au Centre EFEO de Siem Reap.

En juillet 2011, il met un terme au chantier de restauration du Baphuon, qui est restitué aux autorités cambodgiennes et aux visiteurs lors d’une cérémonie d’inauguration présidée par Sa Majesté le Roi Norodom Sihamoni et le Premier Ministre François Fillon. Il poursuit à présent ses activités depuis la France où il exerce la responsabilité de Directeur des études de l’EFEO.

En avril 2012, il vient de s’engager en tant que responsable d’un nouveau projet de conservation patrimoniale et d'archéologie du bâti conjuguant recherche, conservation monumentale et formation professionnelle, centré sur le Mébon occidental à Angkor. Ce projet est élaboré dans le cadre d’un Fonds de Solidarité Prioritaire du ministère des Affaires étrangères et européennes réunissant l’EFEO, l’Autorité Nationale APSARA, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et le ministère de la Culture et de la communication.

Résultats 41 à 50 sur 124