Affichage de 126 résultats

Notice d'autorité

Royère, Pascal (1965-2014)

  • 070418667
  • Personne
  • 1965-2014

Suite à une formation de technicien supérieur dans la construction, Pascal Royère complète son cursus par l'obtention du diplôme d'architecte DPLG à l'Ecole d'Architecture de Nantes. En 1993, il rejoint la Mission archéologique de Doura-Europos en Syrie, sous la direction de Pierre Leriche, et se voit confier la mise en œuvre de la première phase du programme de restauration de la façade du Palais du Stratège de la ville. À la fin de cette même année, il est recruté en tant que chercheur associé par l'Ecole française d'Extrême-Orient et affecté à Siem Reap pour conduire, sous la direction de Jacques Dumarçay, un programme de maintenance des temples du petit circuit du parc archéologique d'Angkor, tout en terminant la consolidation du perron Sud de la Terrasse des Eléphants au cœur d'Angkor Thom, un chantier inachevé depuis 1975.

Après avoir réalisé en 1994 l'étude complète d'un édifice situé au cœur du dispositif urbain d'Angkor Thom, le Khleang Sud, il entreprend la description architecturale d'Angkor Vat. En 1995, l'EFEO lui confie la direction du programme de restauration du Baphuon, une vaste entreprise conduite dans le cadre de la coopération française visant à poursuivre et achever l'anastylose d'une des grands monuments d'Angkor. Sous la direction de Bruno Dagens, il s'engage alors dans la préparation d'un doctorat centré sur l'histoire de ce monument, qu'il soutiendra en 2002. Il intègre alors l'EFEO et poursuit ses travaux de restauration et de recherche sur la base d'une confrontation quotidienne aux références architecturales et aux techniques de construction employées par les maîtres d'œuvres du Cambodge ancien. Dans la continuité des travaux effectués sur les deux exemples que sont Angkor Vat et le Baphuon, ses recherches envisagent une étude générale de la typologie à laquelle se rattachent ces deux ouvrages : le temple-montagne khmer. Formule architecturale circonscrite dans le temps et dans l'espace angkorien, cette typologie est au centre des grandes interventions des principaux souverains angkoriens du VIIIe jusqu'à la fin du XIIe siècle. En 2007, ses travaux ont été récompensés par l’attribution du grand Prix de la Fondation Prince Louis de Polignac. Plus récemment, il a été désigné co-lauréat du Prix d’archéologie 2011 de la Fondation Simone et Cino del Duca, attribué au Centre EFEO de Siem Reap.

En juillet 2011, il met un terme au chantier de restauration du Baphuon, qui est restitué aux autorités cambodgiennes et aux visiteurs lors d’une cérémonie d’inauguration présidée par Sa Majesté le Roi Norodom Sihamoni et le Premier Ministre François Fillon. Il poursuit à présent ses activités depuis la France où il exerce la responsabilité de Directeur des études de l’EFEO.

En avril 2012, il vient de s’engager en tant que responsable d’un nouveau projet de conservation patrimoniale et d'archéologie du bâti conjuguant recherche, conservation monumentale et formation professionnelle, centré sur le Mébon occidental à Angkor. Ce projet est élaboré dans le cadre d’un Fonds de Solidarité Prioritaire du ministère des Affaires étrangères et européennes réunissant l’EFEO, l’Autorité Nationale APSARA, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et le ministère de la Culture et de la communication.

Maison de la culture du Japon à Paris

  • 035698675
  • Collectivité
  • 1997-...

Origine du projet
L’origine du projet remonte à 1982, lors de la visite d’Etat de Monsieur François Mitterrand, Président de la République française, au Japon. C’est en effet au cours d’un des entretiens qu’il eut alors avec le Premier ministre japonais Monsieur Zenko Suzuki que Monsieur Mitterrand lance l’idée de la création à Paris d’une maison qui aurait pour but de présenter la culture japonaise au public français et de renforcer par ce biais les liens entre les deux pays. Ce projet original à l'époque qui envisageait la coopération entre les secteurs public-privé a ensuite été avancé par le Premier ministre japonais Monsieur Yasuhiro Nakasone, qui a encouragé le Nippon Keidanren (Fédération des organisations économiques japonaises) à participer.

La proposition étant bien accueillie, les deux parties entament les études préliminaires qui débouchent sur le choix d’un terrain situé sur le quai Branly, dans le XVe arrondissement.

En 1988, deux Comités de parrainage, présidés par Monsieur François-Xavier Ortoli, PDG de Total, du côté français, et par Monsieur Hiraiwa Gaishi, Vice-Président de Nippon Keidanren, du côté japonais, ont été créés afin de soutenir le projet. Une autre structure, l’Association pour la construction de la Maison de la culture du Japon à Paris, présidée par Monsieur Hisanori Isomura, ancien directeur général de la NHK, a été mise en place avec comme mission l’organisation du concours d’architecture et de préparer les futurs travaux de construction. En 1990, un jury international a choisi le projet présenté par deux jeunes architectes, le Japonais Masayuki Yamanaka et le Britannique Kenneth Armstrong.

Début des travaux et inauguration

Après les travaux de conception et l’obtention du Permis de construire en 1993, les travaux de construction démarrent en septembre 1994. La Fondation du Japon, organisme de droit public japonais dont la mission est d’assurer des échanges culturels entre le Japon et les autres pays, devient le maître d’ouvrage. Par la suite, elle se voit également confier la tâche d’organiser la gestion et les activités de la Maison.

La cérémonie d’inauguration de la Maison de la culture du Japon à Paris a lieu le 13 mai 1997 en présence de Monsieur Jacques Chirac, Président de la République française, et de S.A.I. la Princesse Sayako du Japon. Cette cérémonie ainsi que les diverses manifestations organisées à la Maison au cours de cette année s’inscrivaient dans le cadre de l’Année du Japon en France (1997-98). La Maison de la culture du Japon à Paris a ouvert ses portes au public le 24 septembre de la même année, avec l’exposition Le siècle du design : Art-Info, présent et futur.

Marquet, Christophe (1965-....)

  • 050655116
  • Personne
  • 1965-...

Professeur des universités à l’Institut national des langues et civilisations orientales, en délégation à l'EFEO de 2004 à 2008 pour assurer la direction du Centre de Tôkyô.

Après des études d'histoire de l'art occidental à l'Université de Lille et à l'Université de Paris IV-Sorbonne (1983-1986), puis l'obtention à l'INALCO d’une maîtrise de langue et civilisation japonaises consacrée à la prose expérimentale de Masaoka Shiki (1989), il poursuit des recherches sur l’art japonais moderne à l’Université de Tôkyô (1989-1992), auprès du professeur Takashina Shûji. Il soutient en 1995 une thèse de doctorat sur Le peintre Asai Chû et le monde des arts à l'époque de Meiji, sous la direction de Jean-Jacques Origas.

Il a été pensionnaire à la Maison franco-japonaise à Tôkyô (1997-1999), où il a mené des recherches sur l’histoire du livre dans le Japon moderne, et chercheur invité à l'Université Waseda (1997) et à l’Université Sophia (2010). Il est chercheur au Centre d'études japonaises de l'INALCO, équipe d’accueil doctorale (EA 1441).

Il a soutenu en 2002 une double habilitation à diriger des recherches en histoire de l'art et en langues orientales, avec une monographie sur Les premiers livres de peinture de l'époque d'Edo (1680-1720). Naissance d'un genre et essai de typologie (à paraître à l’EFEO) et une étude sur la collection de livres illustrés du japonisant Emmanuel Tronquois, conservée à la Bibliothèque nationale de France.

Il a été vice-président de la Société française des études japonaises. Il est actuellement directeur du département de langue et civilisation du Japon de l’INALCO, membre du comité de rédaction des revues Cipango et Arts Asiatiques et membre du comité scientifique de la revue Ebisu.

Il a collaboré à plusieurs expositions : Albums et livres illustrés japonais des XVIIIe et XIXe siècles. Collection de la Bibliothèque nationale de France (Bibliothèque du Havre, 1997), Les dessins d’art décoratif d’Asai Chû (Musée de Sakura, 2002), Eros au secret. L’Enfer de la Bibliothèque (BNF, 2007), Ukiyo-e, imágenes de un mundo efímero (Barcelone, 2008), Le Japon illustré. De Hokusai à l’école Utagawa (Musée de Rouen, 2009).

Il a dirigé plusieurs publications collectives, dont Du pinceau à la typographie. Regards japonais sur l’écriture et le livre (EFEO, 2006, édition japonaise 2010) et édité une série de fac-similés de livres illustrés d’artistes de l’époque d’Edo conservés à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris (Shunboku et Morikuni, 2007, Utamaro, 2008 et 2009, Kôrin, 2010). Ses travaux portent notamment sur l'histoire de la conservation du patrimoine, l'historiographie de l'histoire de l'art, l'enseignement artistique, les peintres japonais et la guerre, les collections françaises d'art et de livres japonais. Il a été lauréat en 1999 du prix de la Society for the Study of Japonisme pour l'organisation et la publication du colloque Henri Cernuschi (1821-1896) : homme politique, financier et collectionneur d'art asiatique (Maison franco-japonaise, 1998) et en 2000 du prix du musée Ôta de Tôkyô pour l’étude du fonds Tronquois de la BNF.

En délégation à l'EFEO de 2004 à 2008, pour assurer la responsabilité du Centre de Tôkyô, il y a dirigé un programme de recherche sur les peintres et l'édition à l'époque d'Edo, dont les travaux ont été publiés dans E wo yomu, moji wo miru - Nihon bungaku to sono baitai (Lire les images, regarder l’écrit : la littérature japonaise et ses supports, Bensei shuppan, 2008). Il est actuellement associé à l'équipe Histoire culturelle et anthropologie des religions en Asie orientale de l’EFEO.

Conservation d'Angkor (1907-1975)

  • 243328206
  • Collectivité
  • 1907-1975

La Conservation d’Angkor trouve sa genèse dès les années 1860 avec les premières missions entreprises par Henri Mouhot, Ernest Doudart de Lagrée, Louis Delaporte, Etienne Aymonier et Charles Carpeaux. En 1900, l’EFEO mandate le commandant Etienne Lunet de Lajonquière, Louis Finot et Henri Parmentier pour effectuer l’inventaire des monuments historiques au Cambodge. Cette mission se poursuit en 1907 après la rétrocession des territoires d’Angkor aux autorités coloniales par le royaume du Siam. Lunet de Lajonquière passe alors plusieurs mois à Angkor et étudie l’organisation d’un service des antiquités cambodgiennes. Il affirme ensuite la nécessité de créer un service spécial de conservation.
En décembre 1907, Jean Commaille est chargé des premiers travaux de débroussaillement du site. Au début de l’année 1908, Henri Parmentier, alors Chef du Service archéologique, établit avec lui le programme des travaux. Le poste de Conservateur d’Angkor est créé en mars 1908 bien que Jean Commaille ne soit officiellement nommé que par un arrêté du 14 juillet 1908. Il devient le premier Conservateur d’Angkor.
Cependant, il convient de préciser que la Conservation d’Angkor ne semble pas être une structure institutionnelle définie. Aucun document officiel ne fait état de sa création, seulement celle du poste de Conservateur. La Conservation d’Angkor n’a donc pas à proprement parler été créée, et elle n’existe pas en dehors de la personne du Conservateur. L’histoire de la Conservation d’Angkor est ainsi indissociable de celle de ses Conservateurs et du contexte historique et politique dans lequel ils ont exercé leur activité.
Dans les premiers temps, Jean Commaille s'attache essentiellement au déblaiement des temples, une tâche rendue difficile de par la végétation qui menace l’intégrité des temples. Peu à peu, se dégage une vision globale du site permettant de comprendre les enjeux liés à l’espace et à la disposition des temples. Les besoins archéologiques et scientifiques sont plus facilement identifiés et permettent autant le développement touristique que l’organisation du territoire avec la cartographie, la création de routes et la délimitation de terrains d’intervention.
Le site d’Angkor devient rapidement le symbole de l’action culturelle de la France en Indochine et une étape privilégiée des visites officielles dirigées par le Conservateur.
Le 9 novembre 1953, le Cambodge accède à indépendance. Dès lors, l’EFEO est mandatée par le gouvernement cambodgien pour l’exploration et l’étude du site d’Angkor. A pertir de cette date, les documents portent souvent le double en-tête de la Conservation d'Angkor et du ministère Khmère de la culture.
En 1960, Bernard Philippe Groslier est nommé Conservateur. La Conservation d’Angkor se modernise et se développe. Groslier fait construire des réserves, un laboratoire d’analyse et des ateliers de restauration. Un atelier de dessin dirigé par Jacques Dumarçay et Guy Nafilyan est également créé. Il réalise les relevés et les projets préparatoires aux grands chantiers de restauration, ainsi que les plans destinés à une série de monographies consacrées aux principaux monuments d’Angkor. Les plans de tous les rapports sont repris, réencrés et reproduits.
A la fin des années 1960 et au début de la guerre civile au Cambodge, Angkor garde son prestige symbolique. L’EFEO négocie pour faire du site une zone franche et pour que les chantiers de restauration continuent de fonctionner. Les chantiers sur lesquels travaillent les ouvriers de la Conservation, rattachés au gouvernement de Phnom Penh et à l’EFEO, sont situés dans la zone adverse. Une trêve bi-hebdomadaire est alors organisée afin de permettre au Conservateur de visiter les chantiers. En 1973, suite à l'intensification du conflit, la Conservation d’Angkor est contrainte de cesser ses activités.

Résultats 1 à 10 sur 126