Showing 75 results

Archival description
門神 (Gardien des portes)
Advanced search options
Print preview View:

Imagerie populaire

Produits notamment pour la fête du Printemps 春節 (chunjie), ces documents iconographiques sont des estampes du Nouvel An 年畫 (nianhua) ou des papiers découpés 剪紙 (jianzhi).

Imprimées à partir d'un procédé xylographique sur papier, les images en couleurs des nianhua, parfois rehaussées au pinceau, étaient destinées à être collées sur les portes et les murs en célébration des festivités de la nouvelle année. De même, les jianzhi étaient affichés aux portes, murs et fenêtres pour leurs aspects décoratif et symbolique.

Les thèmes abordés par ces images sont variés: divinités protectrices, gardiens des portes, scènes de théâtre tirées du répertoire traditionnel de l'opéra chinois, images auspicieuses illustrant formules de souhaits...

Le sous-fonds est constitué de 177 unités de description réunissant des images issues principalement de quatre centres de production en Chine:

  1. Yangjiabu 楊家埠 (Weifang 濰坊, Shandong 山東);

  2. Zhuxian 朱仙 (Kaifeng 開封, Henan 河南);

  3. Yangliuqing 楊柳青 (Tianjin 天津);

  4. Tantou 灘頭 (Longhui 隆回, Hunan 湖南).

神茶、鬱壘門神 (日) | Shentu et Yulei, gardiens de porte (solaire)

Estampe du Nouvel An 年畫 (nianhua) d'une paire de gardiens de porte identifiés comme Shentu 神荼 et Yulei 鬱壘. Les deux frères, chargés par l'Empereur de Jade de protéger les pêchers de l'immortalité que les démons rongeait, furent divinisés et associés à l'idée qu'ils étaient capables d'écarter les démons. C'est ainsi qu'ils sont devenus des esprits gardiens de portes.

Un ornement décoratif composé de phoenix entourant le caractère du soleil 日 (ri) en partie supérieure rend compte de la spécificité de cette production de l'atelier du village de Yangjiabu 楊家埠.

杨洛书 (Yang Luoshu)

神茶、鬱壘門神 (月) | Shentu et Yulei, gardiens de porte (lunaire)

Estampe du Nouvel An 年畫 (nianhua) monumentale d'une paire de gardiens de porte identifiés comme Shentu 神荼 et Yulei 鬱壘. Les deux frères, chargés par l'Empereur de Jade de protéger les pêchers de l'immortalité que les démons rongeait, furent divinisés et associés à l'idée qu'ils étaient capables d'écarter les démons. C'est ainsi qu'ils sont devenus des esprits gardiens de portes.

Un ornement décoratif composé de phœnix entourant le caractère de la lune 月 (yue) en partie supérieure rend compte de la spécificité de cette production de l'atelier de Tong Shunde 同順德.

杨洛书 (Yang Luoshu)

大刀門神 [左] | Gardien des portes aux longs couteaux [gauche]

Estampes du Nouvel An 年畫 (nianhua) représentant une paire de gardiens des portes 門神 (menshen) sur un fond orangé vif typique de la production des gardiens de portes des provinces du Guangdong 廣東 et du Fujian 福建. Ici, le menshen casqué, en robe de combat, armé d'une épée, d'un arc à flèches ainsi que d'une hallebarde en main, porte dans son dos des bannières inscrites du caractère du bonheur 福 (fu). Il est identifié comme le général Guan Yu 關於 (?-219) de la dynastie Shu Han (221-263) de la période des Trois Royaumes (220-280).

大刀門神 [右] | Gardien des portes aux longs couteaux [droite]

Estampes du Nouvel An 年畫 (nianhua) représentant une paire de gardiens des portes 門神 (menshen) sur un fond orangé vif typique de la production des gardiens des portes des provinces du Guangdong 廣東 et du Fujian 福建. Ici, le menshen casqué, en robe de combat, armé d'une épée, d'un arc à flèches ainsi que d'une hallebarde en main, porte dans son dos des bannières inscrites du caractère du bonheur 福 (fu). Il est identifié comme le général Guan Yu 關於 (?-219) de la dynastie Shu Han (221-263) de la période des Trois Royaumes (220-280).

秦瓊、敬德門神 [右] | Qin Qiong et Jingde en gardiens des portes [droite]

Xylographie en couleurs représentant Qin Qiong 秦瓊 (zi Shubao 叔寶) en gardien des portes 門神 (menshen). Figuré dans une position martiale avec ses épées comme attributs, il est en apparat militaire avec un maquillage issu de la scène d'opéra. Il forme un duo avec Jingde 敬德 (zi de Yuchi Gong 尉遲恭), tous deux généraux de la dynastie des Tang (618-907) divinisés en gardien des portes.

L'estampe 年畫 (nianhua) forme un diptyque avec son pendant de gauche, destiné à être collé sur les portes en célébration du Nouvel An.

L'ensemble est signé de l'atelier de Tian Cheng 天成老店 (Tian Cheng laodian) du village de Zhuxian 朱仙 (Kaifeng, Henan) et frappé d'un sceau rouge en écriture sigillaire: 朱仙鎮木板年畫博物館 (Zhuxian zhen muban nianhua bowuguan) indiquant que l'œuvre appartenait vraisemblablement au Musée des estampes du Nouvel An de Zhuxian.

燃燈道人門神 [右] | Randeng Daoren en gardien des portes [droite]

Xylographie en couleurs représentant Randeng Daoren 燃燈道人 (litt. "maître taoïste de la lampe qui brûle"), personnage issu du roman du XVIe siècle, L'Investiture des dieux 《封神演義》 (fengshen yanyi). Randeng Daoren est monté sur un cerf 鹿 (lu) richement orné. Le maître taoïste âgé porte un chapeau à cinq pointes et ses emblème décorés du symbole du yin et du yang qui apparaît aussi au milieu du front. Cette estampe 年畫 (nianhua) devrait former un diptyque avec son pendant de gauche (absent) figurant probablement Zhao Gongming 趙公明 sur un tigre noir. Ensemble, elles formaient une paire de gardiens des portes.

L'estampe est frappée du sceau rouge en écriture sigillaire: 朱仙鎮木板年畫博物館 (Zhuxian zhen muban nianhua bowuguan) indiquant que l'œuvre appartenait vraisemblablement au Musée des estampes du Nouvel An de Zhuxian (Kaifeng, Henan). La composition est signée de l'atelier de Tian Cheng (天成).

馬上敬德門神 [左] | Jingde à cheval, gardien des portes [gauche]

Xylographie en couleurs représentant Jingde 敬德 (ou Yuchi Gong 尉遲恭) monté sur un cheval, en gardien des portes 門神 (menshen). Figuré dans une position martiale avec ses fouets d'acier comme attributs, il est en apparat militaire avec un maquillage issu de la scène d'opéra. Il forme habituellement un duo avec Qin Qiong 秦瓊 (ou Qin Shubao 秦叔寶), tous deux généraux de la dynastie des Tang (618-907) divinisés en gardien des portes. Cette estampe 年畫 (nianhua) devrait former un diptyque avec son pendant de droite (absent), destiné à être collé sur les portes en célébration du Nouvel An. L'estampe est frappée du sceau rouge en écriture sigillaire: 朱仙鎮木板年畫博物館 (Zhuxian zhen muban nianhua bowuguan) indiquant que l'œuvre appartenait vraisemblablement au Musée des estampes du Nouvel An de Zhuxian (Kaifeng, Henan). Plus bas, les caractères 老店 (laodian) nous indiquent que l'œuvre est issue d'un ancien atelier de la ville de Zhuxian dont le nom devait être complété sur l'estampe manquante.

燃燈道人門神 [右] | Randeng Daoren en gardien des portes [droite]

Xylographie en couleurs représentant Randeng Daoren 燃燈道人 (litt. "maître taoïste de la lampe qui brûle"), personnage issu du roman du XVIe siècle, L'Investiture des dieux 《封神演義》 (fengshen yanyi). Randeng Daoren est monté sur un cerf 鹿 (lu) richement orné. Le maître taoïste âgé porte un chapeau à cinq pointes et ses emblème décorés du symbole du yin et du yang qui apparaît aussi au milieu du front. Cette estampe 年畫 (nianhua) devrait former un diptyque avec son pendant de gauche (absent) figurant probablement Zhao Gongming 趙公明 sur un tigre noir. Ensemble, elles formaient une paire de gardiens des portes.

L'estampe est frappée du sceau rouge en écriture sigillaire: 朱仙鎮木板年畫博物館 (Zhuxian zhen muban nianhua bowuguan) indiquant que l'œuvre appartenait vraisemblablement au Musée des estampes du Nouvel An de Zhuxian (Kaifeng, Henan). La composition est signée de l'atelier de Tian Cheng (天成).

秦瓊、敬德門神 [左] | Qin Qiong et Jingde en gardiens des portes [gauche]

Xylographie en couleurs représentant Jingde 敬德 (zi de Yuchi Gong 尉遲恭) en gardien des portes 門神 (menshen). Figuré dans une position martiale avec ses épées comme attributs, il est en apparat militaire avec un maquillage issu de la scène d'opéra. Il forme un duo avec Qin Qiong 秦瓊 (zi Shubao 叔寶), tous deux généraux de la dynastie des Tang (618-907) divinisés en gardien des portes.

L'estampe 年畫 (nianhua) forme un diptyque avec son pendant de droite, destiné à être collé sur les portes en célébration du Nouvel An.

L'ensemble est signé de l'atelier de Tian Cheng 天成老店 (Tian Cheng laodian) du village de Zhuxian 朱仙 (Kaifeng, Henan) et frappé d'un sceau rouge en écriture sigillaire: 朱仙鎮木板年畫博物館 (Zhuxian zhen muban nianhua bowuguan) indiquant que l'œuvre appartenait vraisemblablement au Musée des estampes du Nouvel An de Zhuxian.

Results 1 to 10 of 75