Affichage de 12982 résultats

Description archivistique
Options de recherche avancée
Aperçu avant impression Affichage :

3710 résultats avec objets numériques Afficher les résultats avec des objets numériques

" 'Quám du 'chớ du di du 'hái"

Livre de divination des T'ais deHoà Bình.

Interprétation des rêves par la Divination.

Titre de couv. :"Deviner le bonheur ou le malheur de ce qu'on trouve dans la rêverie, Chaû de Mai ".

Variante de titre (sur la chemise cartonnée):" 'Quám du 'chớ du 'néo di 'néo 'hái".

Autre variante de titre :" 'Pặp du ''chớ̛ di ''chớ 'hái".

" 'Quám du li du 'hái"

Livre de divination des T'ais deHoà Bình.

Interprétation des rêves par la Divination.

Titre de couv. :"Sách cổ tích, châu de Mai, Hoà Bình".

" 'Quám Han Tin"

T'ai Deng de 'Mươ̂ng Mai ,Hoà Bình.

Titre de couv. :"Chuyện tiền hán, xã Mai Hạ, tổng Thanh Mai, châu Mai, tỉnh Hoà Bình".

" 'Quám 'han tin"

T'ai Deng de 'Mươ̂ng Mai ,Hoà Bình

Titre de couv. :"Chuyện cổ tích, xã Luy Ðức, tổng Ðức Nhân, châu Ðà Bắc, tỉnh Hoà Bình".

" 'Quám 'hay san"

T'ai Deng de 'Mươ̂ng Mai ,Hoà Bình.

Pleurs et complaintes des enfants devant le cercueil de leur père" (?)

Titre de couv. :"Sách phong tuc về việc để tang thổ tang, xã Luy Đứ́c, tổng Ðức Nhân, châu Ðà Bắc, Hoà Bình"

" 'Quám hay san"

Autre Titres :Khóc viếng cha chết (sur la notice papier) et (Thổ Trắng)Sách đua ma, Bản Sa, xã Sơn A, Văn Chấn (titre de couv.).

Thaïs blancs deSơn La.

" 'Quám Hoang Tiu"

Conte des Thô Den (T'aï Dam) de Nghĩa Lộ.

Titre de couv. :(Thổ Đen) Sách cổ tích, Bản Bùa, xã Nghiã Lô,̣ Văn Chấn ; Titre en vietnamien :Truyện Hoàng Triù.

" 'Quám khăp báo sáo"

T'aï deThanh hoa.

Chanson des garçons adressées aux jeunes filles.

Titre de couv. :"Sách hát, châu Thường Xuân, Thanh Hóa".

" 'Quám khăp báo sáo"

Chansons échangées entre jeunes filles et garçons.

Mention sur l'étiquette collée sur la chemise cartonnée :" 'Lái suôi" : correspondance en vers entre un garçon et une jeune fille.

" 'Quám khăp báo sáo - ʹQuám sông 'chu son sáo"

Notes reprises de l'inventaire de 1990 :

""sông 'chu son sáo" : histoire d'un grand amour de deux jeunes gens nés une même année, dans un même village et grandissant dans des milieux d'éducation semblables jusqu'à leur âge de mariage, brisé par l'autorité parentale fondée sur la morale traditionnelle et racontée ou plus exactement chantée par l'amoureux déçu lui-même. Toutes les étapes de vie de ces deux jeunes gens qui s'aimaient sont minutieusement retracées dans cette histoire, de même que l'évolution de leur vie sentimentale. De deux heureux camarades de jeux d'enfant, ils devinrent deux malheureux amants pour accepter, presque à la fin de leur vie, le sort de deux malheureux époux dans un ménage de polygamie.

A la sortie de leur adolescence; le garçon parvint à pousser ses parents à préparer, durant de longs mois, des biens et des êtres, pour demander la main de la jeune fille et de le placer comme gendre dans la famille de celle-ci, selon la tradition en vigueur.

Mais la demande en mariage et l'union tant désirées et tant attendues par les deux jeunes gens furent refusées brutalement par les parents de la jeune fille.

Profondemment déçu, le garçon quitta son foyer, partit loin, très loin, se lança dans les entreprisers commerciales et jura de ne pas rentrer sans avoir fait fortune, pour être dans de meilleures conditions pour redemander la main de la jeune fille.

Cependant, pendant son absence, la jeune fille fut forçée par ses parents de se marier avec un autre garçon venant d'un autre village et qui n'était pas plus riche que lui mais qui savait cacher sa pauvreté aux yeux des parents de la jeune fille.

Un jour, après de long mois de voyages périlleux, de travail acharné mais aussi de réussites, le malheureux amant fut de retour, tout content de soi et plein d'espoir. Malheureusement son retour ne lui a pas permis de retrouver sa place auprès de son être aimé. La fille qu'il a connue tout jeune, charmante, ouverte et accueillante avant son départ pour l'aventure fut devenue femme mariée, sombre, réservée et pire encore, jeune mère.

Il rentra tout juste pour assister aux derniers festins de noce marquant la fin de la partie de la vie de celle qu'il aime dans sa propre famille et le commencement d'une autre partie de sa vie, dans la belle famille. Ce fut donc, pour lui, une rentrée douloureuse, un retour cruel, pour se joindre seulement au cortège traditionnel de départ définitif d'une jeune mariée vers la famille de son jeune mari.

Il accompagna les mariés, malgré les conseils de prudence de sa mère, jusqu'à leur maison conjugale et réussit, au cours du voyage, à entourer la jeune femme des recommandations de toute sortes pouvant déboucher plus tard sur le divorce et son union éventuelle avec celle qu'il aimait pour toujours.

Son souhait fut comblé. La jeune femme se conduisit, tout à l'opposé des règles morales traditionnelles, dans l'entretien du foyer conjugal comme dans sa tenue vis-à-vis de ses beaux-parents et de ses beaux-frères et soeurs. Elle se fit renvoyer à sa propre famille, au bout de quelque temps.

De retour dans le foyer paternel, mais en tant que femme divorçée donc de mauvaise réputation, elle n'a pas pu y rester pour longtemps. Ses parents la remarièrent aussitôt au premier prétendant qui se pointa, comme s'ils vendaient au rabais un objet de mauvaise qualité. Son malheureux amant n'eut pas même le temps de réagir

Elle entra donc dans la main d'un nouveau mari qui l'ebntraina très loin, dans une contrée inconnue. Elle continua, bien sûr, à trouver le moyen de se libérer de ce nouveau mariage comme de tous les autres liens conjugaux qui suivaient plus tard, ayant espérer toujours de retrouver son premier amour. Ainsi, de mariage en mariage, on la trouva un jour, dans un marché, mise en vente comme une simple marchandise, usée de fatigue et minée de chagrin, dans un corps squelettique. Personne ne se présenta comme acquéreur... Soudain son bien aimé tant attendu apparut, l'acheta et, sans un mot, l'emmena. Morte de joie comme de honte et de peur, elle aussi resta muette, seules les larmes coulèrent. La reconnait-il ? Se demande t-elle tout bas, le long de la route.

Malheureusement, il ne la reconnut pas, tant elle a changé ! Ce ne fut que plus tard, beaucoup plus tard, en faisant dévoiler, petit à petit, les souvenirs de leurs années de tendressse et d'amour et en faisant vibrer, un certain soir, dans le noir, au fond de sa chambre, un viel objet de souvenir, une languette de cuivre, petit instrument de musique que jouait autrefois son bien aimé, qu'elle parvient à attirer l'attention de celui-ci, à l'attirer vers elle, à faire revivre leur amour brisé et à trouver sa place dans la vie conjugale, une vie conjugale partagée certes, car une autre femme a pris soin de tenter de panser la blessure d'amour de celui qu'elle aime, depuis des années, dans un foyer où il fait bon y vivre"

Résultats 31 à 40 sur 12982