Showing 18 results

Archival description
Fonds
Advanced search options
Print preview View:

Registres paroissiaux et d'état civil - Paroisse de Notre-Dame-des-Anges (Pondichéry)

  • FR EFEO NDA
  • Fonds
  • 1815-1956

Copies des registres paroissiaux et d'état civil de la paroisse de Notre-Dame-des-Anges de Pondichéry.
Le couvercle de la boite n°1 des baptêmes porte la mention manuscrite :
"Copie des actes de baptêmes, mariages, sépultures. Paroisse de Notre-Dame-des-Anges, Pondichéry (INDE).
Documents copiés pour Roland Lardinois, aux frais de l'EFEO, Centre d'études de l'Inde et de l'Asie du Sud (1981-1985)"

Paroisse Notre-Dame des anges (Pondichéry)

André Leroi-Gourhan

  • FR EFEO A ALG
  • Fonds
  • XVIIe-XXe siècles.

Ce fonds est dénommé d’après son producteur, l’ethnologue, archéologue et historien français, André Leroi-Gourhan (1911-1986).

Diplômé de l'École nationale des langues orientales en russe et en chinois, André Leroi-Gourhan a constitué ce fonds lors d’un séjour au Japon qui s’est déroulé de 1937 à 1939, suite à l’obtention d’une bourse financée par le gouvernement japonais.

Ce séjour de deux ans dans l’archipel japonais lui a permis une collecte documentaire d’importance dans les domaines de l’ art, de l’ ethnologie et de l’ archéologie du Japon. Sa correspondance avec Jean Buhot (1885-1952), lors de son séjour, explicite son projet de "ramener en France une large collection de supports d’étude" en langue japonaise.

Ce fonds qu'André Leroi-Gourhan a constitué est riche d'environ 600 documents majoritairement en langue japonaise, dont la plupart ont fait l'objet d'un signalement dans le Sudoc. Le fonds, décrit ici, comprend des manuscrits et des xylographies japonaises illustrées de l'époque Edo (1600-1868) et de l'ère Meiji (1868-1912) ; des imprimés et manuscrits chinois des XVIIIe-XIXe siècles ; deux ensembles de dossiers d'archives, le premier, lié à son voyage et ses itinéraires touristiques au Japon, le second, lié à ses recherches sur l'archéologie au Japon et à ses autres activités en tant que chercheur ; enfin, un ensemble de recueils factices sur l'art japonais et chinois.

André Leroi-Gourhan (1911-1986)

Charles Archaimbault

  • FR EFEO ARCH001
  • Fonds
  • 1915-1995

Le fonds rassemble une partie des documents produits par Charles Archaimbault au cours de sa carrière scientifique d’ethnologue. Il se compose essentiellement de matériaux de terrain collectés durant son séjour au Laos de 1951 à 1956 issus de ses enquêtes menées surtout dans les provinces de Vientiane, Louang Prabang, Sieng Khouang et Campasak et en lien direct avec ses projets personnels de recherche et de publication. Il s’agit des cahiers de terrain, photographies, cartes, ouvrages et plus de 40 cahiers de textes manuscrits rédigés en langues lao, pali et thaï qui présentent un corpus de traditions orales et écrites recueillies par Charles Archaimbault et ses collaborateurs dans les monastères, bibliothèques et archives locales. Ces textes lui permettent d’établir les fondements de l’identité de la culture lao et les raisons de l’existence de variations importantes ; il les exploitera toute sa vie pour élaborer ses ouvrages et articles. Le fonds comporte aussi un ensemble de manuscrits, de différents niveaux d’élaboration, rédigés surtout au cours de ses quinze dernières années à Bangkok. Ils constituent ce qui aurait dû être son dernier projet de publication, un grand ouvrage de synthèse sur les chefferies lao. Plusieurs documents de travail, extraits de manuscrits et notes d’un grand intérêt scientifique accompagnent ses écrits, parmi lesquels, sa thèse de doctorat inédite « L'histoire et l'organisation rituelle de Basak-Champasak » (1959). Des comptes rendus sur les écrits de Charles Archaimbault, ainsi que quelques ouvrages publiés, viennent compléter le fonds.

Archaimbault, Charles (1921-2001)

Conservation d'Angkor

  • FR EFEO FCA
  • Fonds
  • 1907-1973

Les archives de la Conservation d’Angkor comprennent trois sous-fonds :

  1. Administration générale : la correspondance, les relations avec l’EFEO, les autorités, les musées ou tout autre organisme ou institution, la gestion du site du Parc d’Angkor, le vandalisme, les incidents, etc.
  2. Activités et recherches de terrain :
    • Les rapports de fouilles, aussi appelés rapports sur les travaux exécutés dans le Parc d'Angkor ou RCA : ils informent la direction de l’EFEO et le gouvernement du Cambodge des travaux et recherches en cours. Mensuels jusqu’en 1960, ils comportent parfois des synthèses trimestrielles, semestrielles ou annuelles. Après 1960, et jusqu’en 1973, ils deviennent annuels mais peuvent être doublés de rapports intermédiaires ou thématiques. Ils sont manuscrits jusqu’en 1927 puis dactylographiés. En 1960, à l'initiative de Bernard Philippe Groslier, la copie tapuscrite de certains rapports est entreprise. On retrouve donc pour plusieurs années un exemplaire manuscrit accompagné d'un ou deux exemplaires dactylographiés contemporains, puis deux ou trois exemplaires dactylographiés plus tardivement. Les rapports ont été numérisés au format JPEG et PDF. Les plans de grande taille qui étaient pliés et annexés aux rapports de fouilles ont été extraits, cotés et rangés dans des meubles à plans. De même, les photos des rapports d’avant 1957 ont toutes été extraites et sont conservées à la photothèque de l’EFEO. Après 1957, les photos sont conservées avec les rapports avec un conditionnement spécifique et adapté.
    • Les journaux de fouilles, aussi appelés JFCA : Ils sont parmi les éléments les plus importants du fonds. Il s’agit des journaux dans lesquels les conservateurs qui se sont succédés entre 1908 et 1955 ont noté jour après jour les activités et événements marquants de la Conservation d’Angkor : travaux, découvertes, visites, etc. Les journaux représentent 25 registres d’environ 300 pages manuscrites chacun. Ils sont numérisés aux formats JPEG et PDF. Il existe également des ensembles dactylographiés d’extraits rassemblés par site, ainsi que deux ensembles de microfiches conservés dans des boîtes spécifiques.
    • Les documents graphiques : La série des documents graphiques comprend près de 3500 plans et dessins majoritairement issus de l'atelier de dessin fondé par Bernard-Philippe Groslier à la Conservation d'Angkor. Ils ont été numérisés au format JPEG. Il s'agit principalement de plans des structures monumentales mais aussi de relevés cartographiques et topographiques, de relevés de fouilles, d'illustrations de procédés techniques ou de motifs décoratifs et d'épures de pièces archéologiques. Ils témoignent de l’avancement des chantiers, de l’emplacement des diverses interventions et permettent de comprendre les méthodes de restauration utilisées pour chaque monument. Les plans sont conservés dans quatre meubles à plans et 39 boîtes rectangulaires pour les très grands formats.
    • Les dossiers et documents rassemblés organiquement ayant traits aux travaux effectués sur les différents temples et site (exemple : travaux de dégagement, fouilles, découverte, etc.)
    • Les documents issus de l’activité scientifique des chercheurs : rapports de missions, rapports d’inspections de site, rapports dits « spéciaux » de Marchal, rapports d’expertise, etc.
  3. Dépôt de la Conservation d’Angkor : le dépôt de la Conservation d’Angkor a entreposé les objets trouvés lors des dégagements et fouilles du site d’Angkor et ceux provenant de découvertes fortuites ou de saisies. Lors de leur entrée au dépôt, chaque pièce se voyait attribuer un numéro d’inventaire. La plupart des pièces ainsi enregistrées sont restées à Siem Reap, d’autres furent attribuées au musée de Phnom Penh ou, dans les années 1930, au musée Guimet. Jusqu’en 1945, les pièces d’importance secondaire purent être déclassées pour être vendues sur le marché libre par les soins de la Conservation. Enfin, l’inventaire du dépôt englobait également des objets laissés in situ (dont les plus importants furent mis à l'abri dans les locaux de la Conservation en 1970 et 1973). Les documents relatifs à ces fonds sont numérisés au format JPEG et classés en deux séries : les inventaires et la correspondance, et les fiches d’inventaires classées en plusieurs sous-séries par matériaux.

Enfin, il existe un fonds photographique conservé à la photothèque de l’EFEO. Il est composé de plaques de verre, de négatifs, de tirages sur papier et de diapositives. L'ensemble est numérisé au format JPEG. Voir les sources complémentaires.

Conservation d'angkor (1907-1975)

Bernard-Philippe Groslier

  • FR EFEO ARCH010
  • Fonds

Le fonds rassemble une partie des documents produits ou reçus par Bernard-Philippe Groslier au cours de sa carrière d'archéologue au sein de l'EFEO, à la Conservation d'Angkor et au CNRS. Il se compose de documents très divers (papiers, photos et plans de petits et grands formats). A titre d'exemple, les archives liées à l'activité de Bernard-Philippe Groslier à la Conservation d'Angkor contiennent l'ensemble de sa correspondance entre 1970 et 1974 durant les débuts de la guerre civile. Elles contiennent également de nombreuses photos aériennes réalisées entre 1953 et 1958. Les carnets de terrain et les listes de photos sont classés dans deux autres séries en raison de leur particularité à la fois matérielle et intellectuelle. Les carnets de terrain consignent les notes prises lors de visites de sites et de travaux de restaurations. Ils sont accompagnés de croquis de cartes. Dans de nombreux cas, subsiste une incertitude sur la notation des toponymes et noms de temples. Les listes de photos sont à croiser avec les fonds photographiques de Bernard-Philippe Groslier conservés à la photothèque de l'EFEO.

Groslier, Bernard Philippe (1926-1986)

Henri Parmentier

  • FR EFEO ARCH008
  • Fonds
  • 1928-1944

Le fonds est composé de deux sous fonds :

Les Activités administratives et scientifiques : la correspondance de Parmentier, et des notes et brouillons de travail pour la préparation d’ouvrage et de publication.
lnventaire des Monuments Khmers composé de quatre séries :
Préparation de l’inventaire : de la documentation, des notes et brouillons préparatoires, la liste des monuments Lajonquière.
Notices : Classées par numéros IK et provinces tel que l’avait réalisé Brice Vincent. Chaque province représente une sous-série. On y retrouve les notices, des photos, croquis, plans, ou notes manuscrites. Certaines notices sont présentes en double.
Notices rassemblées : Les chemises d’origines de l’EFEO ont été conservées car elles comprenaient les informations concernant le classement utilisées par l’administration de l’époque. Les notices sont reliées.
Cartes et plans : Plans produits par le Service géographique de l’Indochine dans les années 1910 et réédités au fil des années. Ce tirage semble daté de 1926 et a été utilisé par Parmentier pour l’établissement de l’IDK avec des inscriptions manuscrites au verso. Ces inscriptions correspondent à un emplacement géographique que l’on retrouve au recto du plan et elles désignent un monument khmer avec parfois son numéro IK. Les plans sont découpés et représentent en tout 8 cartes, parfois incomplètes, et classées en 8 sous-séries (Nord-Ouest du Cambodge, Cambodge, Phnom Penh, Laos, Nord-Est Vietnam, Est Vietnam, Sud-Est Vietnam et Indochine). Chaque partie de chaque carte contient un numéro d’assemblage au verso. Dans le champ Portée et contenu, on retrouvera ce numéro de la feuille d’assemblage, ainsi que la latitude et la longitude. Tous les plans ont été numérisés au recto et au verso. Un assemblage numérique complet pour chaque carte a ensuite été réalisé. Les assemblages et les parties de chaque carte sont disponibles à consultation en ligne.

Parmentier, Henri (1871-1949)

Georges Condominas

  • FR EFEO ARCH003
  • Fonds
  • 1961-1991

Condominas, Georges (1921-2011)

George Cœdès

  • FR EFEO ARCH002
  • Fonds
  • 1899-1969

George Cœdès a eu une activité pédagogique très riche, ce que le fonds révèle par la diversité des événements auxquels il a participé. Par souci de clarté, on a choisi de présenter le fonds en adoptant un ordre à la fois chronologique et thématique. L’instrument de recherche illustre la vie de George Cœdès en suivant les différentes périodes de sa vie : - Le chercheur (1899-1929) ; - Le Directeur de l’École française d’Extrême-Orient (1929-1947) ; - Le professeur (1947-1969). Parfois, il conjuguait plusieurs activités à la fois. La diversité typologique des documents trouvés reflète cette diversité. Les archives décrites renseignent de façon plus discrète sur la création, le fonctionnement interne et l’organisation de l’École française d’Extrême-Orient (E.F.E.O.). La forme et l’organisation du fonds Cœdès reflètent les événements qu’a vécus l’auteur : -au Royaume du Siam comme conservateur de la Bibliothèque nationale, puis secrétaire général de l’Institut royal du Siam (1917-1929) ; -comme directeur de l’École française d’Extrême-Orient à Hanoï (1929-1946) ; -comme chercheur et professeur à Paris (1947-1969). Les documents constituent une trace de son intense et régulière activité scientifique, et témoignent de son goût pour la diffusion du savoir et son enseignement. Les documents retrouvés comprennent, à 60% au moins : - des discours et interventions données en public lors de colloques ou de conférences radiophoniques ; - des versions préparatoires comme finales, ou traduites en langue étrangères, d’ouvrages scientifiques (« Les États hindouisés d’Indochine et d’Indonésie », « Les peuples de la péninsule indochinoise », « Inscriptions du Cambodge ») comme des études sur les bas-reliefs d’Angkor (notamment celui du Bayon). - des articles publiés dans des revues savantes (Ars Asiatica). George Cœdès était une personnalité publique de son temps. La chaîne du savoir débutait avec les journaux de fouilles, et se prolongeait avec les conférences, en passant par la publication d’articles et d’ouvrages. Le besoin de diffuser le savoir engrangé explique la participation récurrente de George Cœdès à des conférences orales en amphithéâtre, et l’existence de documents sériels à vocation informative comme les cartons d’invitation, convocations, notes d’information. Le cas des conférences (entretiens) radiodiffusées est moins représenté. Néanmoins, il illustre la volonté de George Cœdès d’utiliser les médias d’information modernes pour élargir son auditoire . Le travail de traduction d’écrits khmers est important : ses cahiers, ainsi que les planches alphabétiques suffisent à montrer le rôle pionner qu’il joua dans la (re-)découverte de l’ancien Empire khmer. Il mit au point un système de translittération du khmer. En moindre importance, on retrouve aussi des programmes de bourses d’études pour étudiants étrangers (dans les documents provenant de l’U.N.E.S.C.O.). George Cœdès était aussi préoccupé par la vente de ses ouvrages, et le fonds recèle des états des ventes chiffrés, des relevés de dépôts d’ouvrages, des lettres de demandes de subventions. La correspondance, scientifique ou administrative constitue une part non négligeable du fonds, et témoignent à la fois d’une stratégie menée par l’École française d’Extrême-Orient pour s’implanter localement via un réseau de correspondants. Une part non négligeable des documents (10%) relève d’une activité pédagogique régulière et abondante : cours dactylographiés et manuscrits, notes personnelles, cahiers avec croquis, etc. Le fonds est constitué de plusieurs supports : le papier est dominant. Sont également présents en très petite quantité quelques tirages photographiques positifs et quelques fac-similés.

Cœdès, George (1886-1969)

Christian Pelras

  • FR EFEO ARCH007
  • Fonds
  • 1972-1988

Pelras, Christian (1934-2014)

Results 1 to 10 of 18